Tant que nous sommes vivants

Tant que nous sommes vivants (2014)
Anne-Laure Bondoux
Editions Gallimard Jeunesse
298 pages
Romance, jeunesse

Résumé : Bo et Hama travaillent dans la même usine. Elle est ouvrière de jour, lui, forgeron la nuit. Dès le premier regard, ils tombent follement amoureux. Un matin, une catastrophe survient et ils doivent fuir la ville dévastée. Commence alors pour eux un fabuleux périple à travers les territoires inconnus… Mais quand l’ombre a pris la place de la lumière, l’amour suffit-il à nous garder vivants?


Tant que nous sommes vivants est un roman épatant. Epatant est vraiment le mot, car il n’a cessé de me surprendre. Nous nous retrouvons avec deux personnages principaux, Hama et Bo. Alors que nous assistons à leur coup de foudre, j’ai trouvé impossible de ne pas m’attacher à eux. Ces personnages sont des êtres sensibles que l’auteure à vraiment bien construit. Leur périple est intéressant, car même si les rebondissements ne sont pas incroyables, l’auteure nous donne envie de savoir la suite.

L’univers de l’histoire est vraiment très étrange. Le lecteur se retrouve coincé entre un monde réel, et un monde aux allures bizarres, fantastiques, invraisemblable. Je n’ai jamais croisé d’univers tel que celui de Tant que nous sommes vivants dans un autre roman, et cela fait du bien ! Un peu de renouveau dans la littérature jeunesse que je ne saurais que trop peu recommander.

L’écriture d’Anne-Laure Bondoux est séduisante, poétique. Chaque mot est justement choisi, et permet de créer cet univers si spécial au roman. J’ai noté quelques passages vraiment très beaux, qui expriment toute la sensibilité de ce monde et des personnages. Le roman est découpé en quatre partie. Je dois cependant avouer que la seconde partie m’a ennuyée, toutefois, l’histoire a vraiment bien remonté la pente par la suite ! De ce fait, le roman, de manière générale, ne m’a pas déçue.

Tant que nous sommes vivants  est donc un roman époustouflant qui fait éprouver à ses lecteurs des émotions diverses, allant de l’affection à la peur, la tristesse ou la curiosité. J’ai tout particulièrement aimé cet univers original que je n’ai su retrouver nulle part ailleurs !

Il arrive toujours un moment où nos guerres, comme nos histoires, s’achèvent.

2 commentaires

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *