L’élégance du hérisson

l-elegance-du-herisson-51308-250-400L’élégance du hérisson (2006)
Muriel Barbery
Editions Gallimard collection Folio
412 pages
Contemporaine, satire sociale

Résumé : Je m’appelle Renée, j’ai cinquante-quatre ans et je suis la concierge du 7 rue de Grenelle, un immeuble bourgeois.
Je suis veuve, petite, laide, grassouillette, j’ai des oignons aux pieds et, à en croire certains matins auto-incommodants, une haleine de mammouth. Mais surtout, je suis si conforme à l’image que l’on se fait des concierges qu’il ne viendrait à l’idée de personne que je suis plus lettrée que tous ces riches suffisants.

Je m’appelle Paloma, j’ai douze ans, j’habite au 7 rue de Grenelle dans un appartement de riches.
Mais depuis très longtemps, je sais que la destination finale, c’est le bocal à poissons, la vacuité et l’ineptie de l’existence adulte. Comment est-ce que je le sais ? Il se trouve que je suis très intelligente. Exceptionnellement intelligente, même. C’est pour ça que j’ai pris ma décision : à la fin de cette année scolaire, le jour de mes treize ans, je me suiciderai.


 J’ai entamé cette lecture avec la joie de retrouver une histoire que je connaissais déjà : en effet, j’avais pu voir l’adaptation cinématographique de ce livre à sa sortie au cinéma. Je me rappelais de l’histoire en détail car elle m’avait marquée, je l’avais adorée : j’en aimais son propos, la sensibilité des personnages, les morales qu’elle délivre. C’est donc avec hâte que j’ai commencé le roman de Muriel Barbery qui avait tout pour me plaire.

J’ai trouvé dans le style de Muriel Barbery une forme de poésie incroyable, bien que son écriture peut vraiment paraître hautaine par moments. Faisant parfois trop compliqué, elle m’a perdue : j’ai trouvé au livre des longueurs, des passages inutiles et un vrai manque d’action. Le plus grand reproche que je fais à L’élégance du hérisson, c’est sa lenteur. En effet, il ne se passe pas grand chose : l’histoire met du temps à s’installer. On se questionne, on attend que les deux protagonistes dont on nous parle dans le résumé se rencontrent. On attend des faits, des gestes, mais ils arrivent bien trop tard à mon goût. 

L’auteur soigne vraiment ses personnages, c’est incontestable. Qu’il s’agisse de Renée la concierge, Paloma, ou même les personnages plus secondaires, ils sont fouillés. En revanche, si je puis me permettre une comparaison livre/film, j’ai largement préféré la Renée de l’adaptation cinématographique. Plus distante, plus froide, elle est largement plus crédible que dans le roman. Paloma reste fascinante par ses passages du texte qui allient poésie et narration simple. Elle est le grand point positif de ce livre.

J’ai également aimé la morale que délivre L’élégance du hérisson. La satire est indéniable et bien traitée : elle fait sourire, elle énerve, elle ouvre les yeux. La bourgeoisie parisienne est décrite à merveille sous tous les angles possibles, autant à travers la concierge que la préadolescente.

Pour conclure et résumer, je dirais que L’élégance du hérisson est un bon livre mais qui peut être compliqué à lire. Toutefois, la morale qu’il renferme est si belle que n’importe qui devait l’ouvrir et savourer les mots de l’auteur. Ce n’est pas un coup de cœur, mais ce fut une lecture appréciable malgré ses longueurs.

Ce qui est beau, c’est ce qu’on saisit alors que ça passe. C’est la configuration éphémère des choses au moment où on en voit en même temps la beauté et la mort. Est-ce que ça veut dire que c’est comme ça qu’il faut mener sa vie ? Toujours en équilibre entre la beauté et la mort, le mouvement et sa disparition ? C’est peut-être ça, être vivant : traquer des instants qui meurent.

7 commentaires

  1. Ta chronique est magnifique! Tu connais mon amour pour ce bouquin, je n’y vois aucun point négatif. Mais c’est vrai qu’il est très lent. Et puis Paloma; wow. Je l’aime beaucoup. J’avais le même âge qu’elle lorsque j’ai lu le roman, ce qui m’a permis de m’identifier à elle. Bref, ton article est parfait !

    1. Ooooh merci Juliette, tu es adorable ! Alors, quand j’avais vu le film j’avais aussi le même âge qu’elle et elle m’avait bouleversée également. Elle est vraiment particulière mais ses idées sont vraiment fondées. En plus je la trouve attachante !

  2. Eh bien, je suis surprise. Le résumé me faisait me méfier (ce regard sombre sur la richesse, l’obsession, riche, intelligent, pauvre etc. ce sont des points qui me hérissent un peu car je les trouve très stricts et limités)(dans ce cas-ci). Bref, le résumé ne me plaisait pas plus que ça, mais ta chronique, finalement, me donne envie. Je suis curieuse de voir cette morale et Paloma, les découvrir malgré le rythme lent (et qui sait, si je n’accroche pas, aller voir l’adaptation !). Du coup, c’était une chronique très agréable à lire et très joliement écrite.

    1. Un grand merci pour ton commentaire ! Il faut dire que l’argent n’est pas du tout du tout mis en valeur dans ce livre. Mais il y a d’autres choses dans ce livre qui en valent le coup à mon goût, alors, j’espère qu’il te plaira ! Rue toi sur l’adaptation si jamais, j’ai adoré l’ambiance du film et il est relativement bien adapté !

  3. Je me souviens avoir beaucoup aimé ce livre, et comme tu le dis, il y a des lenteurs, mais au final il est beau dans son ensemble. Tu me donnes envie de voir le film !

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *