Les chroniques de Narnia, tome 2 : Le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique

chronique

les-chroniques-de-narnia,-tome-2---le-lion,-la-sorciere-blanche-et-l-armoire-magique-103195-250-400Les chroniques de Narnia : Le lion, la sorcière blanche et l’armoire magique (1952)
Clive Staple Lewis
Editions Folio Junior
196 pages
Fantasy, jeunesse
Tome 2/7

Résumé : Pendant la seconde guerre mondiale, les raids aériens se succèdent sur Londres. Peter, Edmund, Susan et Lucy ont trouvé refuge chez un vieux professeur quelque peu excentrique. Au cours d’une partie de cache-cache, Lucy pénètre dans une armoire. Elle se dissimule parmi les vêtements qui, insensiblement, deviennent les arbres d’une forêt enneigée. C’est ainsi qu’elle découvre l’extraordinaire pays de Narnia, où règne une sorcière aux pouvoirs maléfiques…


J’ai tout simplement adoré ce second tome des aventures des Chroniques de Narnia !

Nous retrouvons quatre protagonistes Lucy, Edmund, Peter et Susan chez le professeur. Ils découvrent alors la mythique armoire qui les mènent à Narnia, monde fantastique dont nous connaissons l’histoire grâce au premier tome qui fait office de prologue à la série. Ce tome est davantage dans l’action. Nous découvrons enfin les personnages principaux que nous suivront tout au long des autres tomes et leur arrivée dans ce nouveau monde.

Narnia a quelque peu changé. Mais il reste un monde incroyable et qui m’a fait rêver. Là où Lewis s’impose comme un maître, c’est qu’il est vraiment très facile de s’imaginer cet univers, comme dans un film. Et en effet, cela n’est pas étonnant que ce roman a été adapté au grand écran, tant il s’y prête bien.

De ce fait, je dois avouer que connaissant donc déjà l’histoire à cause de son adaptation, il n’y eut pas vraiment de suspens. L’histoire reste à peu près la même, et ce fut plaisant de la retrouver. L’écriture est, comme dans le premier tome, un réel délice. Lewis maîtrise les mots à la perfection et nous fait voyager.

C’est un petit coup de coeur pour ce roman. Je ne vois rien à lui critiquer de particulier tant il est bien et se prête à tous les âges. J’ai hâte de lire la suite !

Alors chacun regarda à l’intérieur, puis écarta les manteaux, et chacun vit – Lucy elle-même vit – une armoire parfaitement ordinaire. Il n’y avait ni forêt, ni neige, simplement le fond d’une armoire, avec des crochets fixés dessus.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *