Enclave, tome 1

chronique

enclave,-tome-1---enclave-4174472-264-432Enclave (2013)
Ann Aguirre
Editions Hachette collection Black Moon
313 pages
Science-fiction, young-adult, apocalyptique.

Résumé : Le monde est ravagé. A la surface, plus rien en vit, plus rien ne pousse. Les hommes se sont réfugiés dans des villes souterraines : les enclaves.
L’enclave, c’est ma vie. C’est le lieu qui nous protège des créatures rôdant dans les tunnels, ces Monstres mangeurs de chair humaine. Et moi, je suis celle qui protège l’enclave en retour, celle qui chasse les Monstres.
Il faut servir l’enclave. C’est ce que nous disent les Aînés. Mais ce n’est pas ce que dit Del, mon partenaire de chasse. Je ne sais plus qui croire…


Enclave est un roman pour adolescents de type apocalyptique : en effet, tous les habitants de la planète se retrouvent à vivre dans les sous-sols, la surface étant complètement inhabitable car ravagée.

Nous suivons l’histoire de la narratrice, une adolescente sans nom, puisqu’avant un certain âge, personne n’a de prénom. Le décor est placé : c’est une société rude, où la survie dépend de chacun et où les monstres rôdent. Enclave s’est quelque peu démarqué des autres romans apocalyptique à mes yeux, de par son concept de vie souterraine hiérarchisée, bien que cela ne soit pas d’une originalité cinglante.

Notre narratrice est une personne forte : on s’attache à elle, tout comme on s’attache aux autres personnages principaux, notamment son partenaire. Ensemble, ils partent à la chasse aux Monstres, et il se trouve que leur activité est palpitante à lire et à suivre. Les pages défilent sans que nous nous en rendons compte, et cela est un point positif.

L’écriture de l’auteur est agréable, elle se lit facilement. Très fluide, elle nous permet de nous immerger dans cet univers futuriste assez effrayant. Enclave est un roman que l’on peut très bien lire à la pré-adolescence, tout comme bien plus tard.

Dans sa note de fin de roman, l’auteur explique son processus d’écriture. En effet, elle y explique les nombreuses recherches qu’elle a réalisées pour écrire Enclave. C’est quelque chose que j’ai adoré apprendre, et d’ailleurs, cela s’est ressenti durant tout le bouquin. Enclave ne semble pas irréalisable (ni même réaliste) : il s’agit d’un bouquin crédible, qui nous transporte, certes, dans un monde horrible, mais qui nous immerge vraiment bien.

Je remercie Shirley pour cette très belle découverte ! Il s’agit d’une série que je continuerai avec plaisir.

– Je ne me sentais chez moi nulle part jusqu’à ce que je te rencontre, murmura-t-il à mon oreille.

2 réponses

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *