Le Choix de Rudi

Le Choix de Rudi

Le Choix de Rudi (2015)
Françoise Dargent
Editions Hachette
352 pages
Jeunesse, historique

Résumé : Novembre 1951, Union soviétique. Il fait un froid de loup. Rudi a 13 ans. Il court dans la forêt pour échapper à son père, ce père parti à la guerre et qui n’en est jamais tout à fait revenu, ce père qui ne le connaît pas. Le père de Rudi aurait voulu un fils à son image : un gars qui aime la chasse, qui fera un métier d’homme. Pour Rudi, la vie, c’est la musique et la danse. Sa force, sa puissance, il les met dans chacun de ses pas, de ses pliés, de ses sauts. Bientôt, envers et contre tout, Rudi écrira lui-même son avenir. Bientôt, il vivra son rêve, celui qui va l’emmener à Moscou, Leningrad et à travers le monde, celui où il devient un danseur inoubliable : Rudolf Noureev…


Dans cette biographie romancée de Rudolf Noureev, Françoise Dargent évoque les jeunes années du danseur. De son adolescence à son entrée dans l’âge adulte, Le Choix de Rudi retrace les débuts de ce grand nom dans l’univers de la danse.

A Oufa, Rudolf Noureev apprend secrètement la danse avec madame Oudeltsova après avoir fréquenté le milieu de la danse folklorique. Vivant avec sa mère et ses grandes sœurs dans une Union Soviétique des années 1950, où la liberté d’expression n’est plus qu’un rêve, son père, rentré du front, veut voir son fils devenir un homme fort, robuste, appréciant des passe-temps masculins comme la chasse. Mais Rudi ne jure que par la danse. C’est donc au travers d’un roman où l’hiver règne que Françoise Dargent nous raconte le parcours de cet  ambitieux adolescent au tempérament fort, prêt à tout pour poursuivre ses rêves.

Je veux être un artiste et je serai le plus grand, vous verrez.

Françoise Dargent retrace à la perfection le monde de la danse : franc, parfois cruel, un monde où la concurrence écrase les amitiés. Mais en plus d’être une histoire très précise sur cet univers particulier, Le Choix de Rudi nous immerge dans l’URSS de la deuxième moitié du vingtième siècle, avec tout ce qui en découle : la KGB, la censure, le culte de la personnalité, et autres règles définies par l’Union Soviétique. Ainsi, l’auteur évoque l’adolescence de Rudolf Noureev ─ qu’elle a fréquenté durant un an, et mêle donc à cette biographie des éléments inventés de toute pièce.

Il ne faut pas s’attendre à un roman jeunesse comme les autres : ici, les passionnés de danse trouveront leur bonheur, et ceux qui ignorent tout de ce monde pourront, certes, être quelque peu déboussolé en vu des nombreuses références mais également être intéressés par ce monde qu’on croit souvent fermé.

Rudolf Noureev, le plus grand danseur du vingtième siècle est décédé en 1993 et fut, en plus d’être danseur étoile, directeur du ballet de l’opéra de Paris. Françoise Dargent, grâce à son roman, rend hommage à un grand nom de la danse qui a marqué l’histoire.

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.