Avant toi ─ lecture commune 3

avant-toi-supernovaeAvant toi (2012)
Jojo Moyes
Editions Milady
475 pages
Romance, contemporaine

Résumé : Quand Lou apprend que le bar où elle est serveuse depuis des années, met la clé sous la porte, c’est la panique. En pleine crise, dans ce trou paumé de l’Angleterre, elle se démène pour dégoter un job qui lui permettra d’apporter à sa famille le soutien financier nécessaire. On lui propose un contrat de six mois pour tenir compagnie à un handicapé. C’est alors que la jeune femme découvre Will, un jeune tétraplégique qui rêve de mettre fin à ses jours. Lou n’a que quelques mois pour le faire changer d’avis.


Avant Toi était un roman que l’on m’avait conseillé maintes et maintes fois. Sa notoriété a fait de lui un livre que j’avais très hâte de lire, et notamment car le résumé m’attirait particulièrement. Je l’ai donc commencé sans appréhension mais je n’en attendais rien de particulier, de peur d’être déçue de mes exigences parfois trop hautes.

 Avant tout, j’aimerai préciser que j’ai trouvé Lou très attachante. C’est un personnage principal pour lequel on compatit, qu’on comprend, qu’on apprécie. C’est une chose que je trouve très importante pour apprécier un livre. Elle est profonde, travaillée, comme les autres personnages d’ailleurs, qu’ils soient principaux ou secondaires.

L’histoire générale est intéressante. Elle n’est certes, pas très originale, mais le fond de l’intrigue interroge sur un débat important de notre siècle et questionne le lecteur sur sa propre pensée. Il ne faut toutefois pas s’attendre à du rebondissement à chaque page, mais l’on prend du plaisir à suivre les péripéties de Lou dans les moindres détails.

C’est sous une plume très simple que Jojo Moyes nous conte son récit. Le roman se lit on ne peut plus facilement. Je regrette toutefois le manque de passages poétiques qui me font vibrer lors de lectures de ce type.

En résumé, je dirais d’Avant Toi que ce n’est pas un coup de cœur, mais une très agréable lecture. J’ai aimé le propos, le thème principal du livre et l’écriture de l’auteur, mais j’ai été légèrement déçue du manque d’action et de péripéties.

Je vous propose de lire la chronique de Shirley avec qui j’ai réalisé cette lecture commune.

Mais au fond, que prouvait une photo ? A la maison, j’en avais une sur laquelle je regardais Patrick, le visage rayonnant, exactement comme s’il venait de me sauver d’un immeuble en flammes. En réalité, juste avant qu’elle soit prise, je venais de le traiter de « sale con », à quoi il m’avait répondu : « Fais pas chier ! »

Un commentaire

Leave a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *